14 février 2008

L’A.N.P.E. et ses prestataires.

En commençant ma recherche d’emploi, j’ai rencontré plusieurs conseillers A.N.P.E.

Après observation de mon Curriculum, le premier m’a dit :

-  « Ah, là… Je ne vois pas trop. Etant donné votre C.V., le mieux serait de faire fonctionner votre réseau ! » Le second et le troisième m’ont tenu à peu près le même discours. Au moins m’épargnerait-on l’inspection chronique et intempestive de mes démarches. Mes recherches ne feraient donc pas l’objet d’une surveillance rapprochée et qui plus est, culpabilisante. Les conseillers me parurent donc plutôt sympathiques, bien que la reconnaissance de leur inefficacité me troublait quelque peu. J’évoquais la possibilité d’une reconversion. Un conseiller me proposa un stage « objectif projet », dispensé par un prestataire extérieur. Le prestataire portait le nom d’un philosophe que je ne citerais pas, par égard pour sa philosophie.   

Premier entretien. Je me concentre sur les explications de l'intervenante en milieu humain :

[Elle dessine un rond avec une barre au milieu]

-  « Alors, ici vous avez le conscient, et là l'inconscient, d'accord ? »

-  « D'accord. »

-  « Bon, et la barre, là, c'est la censure. Du côté du conscient, il y a le désir, la volonté, le choix, et bien d'autres. »

- « D'autres quoi ? »

- « D'autres états d'esprit. Bon, et la différence entre les deux côtés de la censure, c'est à dire le conscient et l'inconscient, c'est que là il y a de l'énergie, et là il n'y en a pas, d'accord ? »

- « D'accord. »

Au cours du second entretien, la consultante pose devant moi un tableau déclinant cinq catégories.

-  « Alors, Réaliste, dites-moi ce que ça signifie… »

-  « Euh… Réaliste, c’est concret, c’est ça ? »

-  « Bien ! Les personnes de type Réaliste vont chercher à matérialiser, elles sont très à l’aise pour les questions techniques. Bon, ensuite, Artiste, ça correspond à quoi ? »

-  « … euh… qui mobilise sa créativité ? »

-  « Très bien Lisa* ! C’est bien ça, les personnes de type Artiste utilisent leur fantaisie et leur instinct pour trouver des solutions quelle que soit la nature du problème. Ces personnes recherchent des activités qui sont créatives par nature. »

-  « Ah… »

-  « Prenez un concepteur publicitaire, par exemple, eh bien c’est une personne de type Artiste, voilà. »

-  « Ah d’accord… »

-  « Quant au type Investigateur, il recherche le pourquoi du comment, il remonte derrière les apparences, il a besoin de comprendre. »

-  « Et sinon, comment ça se passe si je désire arrêter les prestations ? »

-  « Vous désirez arrêter, Lisa* ? J’aimerais que vous m’expliquiez pourquoi… »

-  « Eh bien, je veux arrêter en fait…ça ne s’explique pas vraiment… »

-  « Bon, je reviens, je vais voir ça avec monsieur Yetti. »

La consultante est derrière la porte avec monsieur Yetti, le directeur. Elle chuchote. Il élève la voix :

-  « Alors qu’elle s’en aille ! Comment ? Oui, elle a parfaitement entendu ce que je viens de dire ! »

La consultante revient.

-  « Vous avez entendu monsieur Yetti ? »

-  « Oui oui… »

-  «  Je ne dis pas ça contre vous, mais si vous interrompez les prestations, vous risquez de ne plus percevoir les Assedics. Je vous conseille plutôt de vous accrocher, ça va aller, vous allez vous habituer… Maintenant, si vous voulez changer de consultante, si je ne vous conviens pas, je comprends, on peut voir ça… on n’est pas toujours à l’aise avec tout le monde. J’ai moi-même rencontré au moins quinze thérapeutes avant de trouver le bon. »

* Le prénom est fictif. Je préfère conserver l’anonymat.

Posté par chomeries à 20:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur L’A.N.P.E. et ses prestataires.

    j'ai moi même été "victime"d'un "stage d'aide à la recherche d'un emploi" et me suis retrouvé avec des quasi cas sociaux.
    Ne voyant pas de résultat concret au bout de deux mois,j'ai voulu arrêter cette comédie et l'intervenante m'a alors fait un chantage du genre"si vous ne venez plus à nos réunions,vous risquez de ne plus toucher le RMI)
    Sympa non?
    Je n'ai pas cédé et confirmé mon refus de perdre du temps avec cette pseudo boite d'aide au retour à l'emploi.
    Une semaine plus tard,en discutant avec mon référent de l'époque,je me vois proposer une stage informatique;je fais un dossier et j'obtiens le stage quelques semaines plus tard...
    Inutile de dire que je n'ai jamais remis les pieds à l'ANPE et que je préfére me débrouiller par mes propres moyens pour trouver stages et emplois...

    Posté par stephane, 14 février 2008 à 20:45 | | Répondre
  • J'ai moi même eu une experience similaire: ces prestataires mentent parce qu'ils ont peur de l'ANPE. J'ai parlé à mon conseiller de ce qu'on m'avait fait faire ... il m'a dit que ca ne correspondait aucunement au cahier des charges pour lequel le prestataire etait payé. J'ai interrompu la prestation; mon conseiller les a appelés devant moi, et je peux vous dire qu'ils se sont fait dessus.
    Ce qu'il faut c'est toujours informer un conseiller avant d'entamer une demarche ... ils sont dans le truc ...

    Posté par Dagoa, 23 avril 2008 à 02:10 | | Répondre
Nouveau commentaire